Les petits graviers. [Ft. Seraphina]



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Les petits graviers. [Ft. Seraphina]

Aller en bas 
AuteurMessage
Bastian L. Krüger

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

Bastian L. Krüger

AGE : 25
MESSAGES : 213
DATE D'INSCRIPTION : 19/07/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE : Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Mini_711491toy_story

COPYRIGHT : Miss Me

Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Empty
MessageSujet: Les petits graviers. [Ft. Seraphina]   Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Icon_minitimeAoût 1st 2010, 00:24




Les petits graviers.
ft. Bastian & Seraphina




Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 29 Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 015nina






    C’était les vacances d’été. Période préférée des enfants et de tous les étudiants sans aucune distinction. Le moment tant attendu, de deux mois quasiment, où tout leur était permis. Où ils n’avaient pas à se préoccuper de leurs devoirs, des examens ou de toutes ces choses si énervantes. Les deux mois d’été où il était censé faire beau et chaud, et où l’amusement était quotidien.
    Bref, le rêve.
    Mais pour le jeune Bastian Lukas Arne Krüger, de son nom complet, les vacances d’été n’étaient pas si incroyables que cela. Depuis sa maison, ou plutôt son mini-château situé en plein dans la campagne environnant Londres, le Serpentard s’ennuyait de pied ferme. Motivé, il avait liquidé ses devoirs de vacance la première semaine, afin de pouvoir être libre comme l’air pour tout le reste de l’été. Mais, problème : sa mère, Elke, avait repris le travail depuis deux ans, et si auparavant elle s’occupait de son fils pendant les vacances et qu’ils passaient leur temps à faire des activités ensemble, cette année, cela n’était pas le cas. Elle partait toute la semaine au travail à 7 heures tapantes, tout comme son mari, Lukas. Lui avait toujours travaillé, et Bastian en avait l’habitude, mais seul comme il l’était, sans sa mère, c’était déroutant. Bien sûr, il n’était plus un enfant, il avait 16 ans maintenant, mais l’ennui avait prit la place de sa mère, et cela ne le réjouissait pas.
    Pourtant Basti avait la permission de sortir. Il pouvait se rendre sur le Chemin de Traverse, ou dans le monde magique, tant qu’il avertissait ses parents au préalable - Herr et Frau Krüger n’aimeraient pas vraiment perdre leur fils unique et tant adoré -. Mais pourquoi aller seul sur le Chemin de Traverse ? Quel intérêt ? Oh, Bastian y allait souvent avec son elfe et ami Woody, pour faire du shopping ou de lèche-vitrines, histoire de se distraire un peu, et d’ailleurs, il y avait parfois rencontré des amis ou des connaissances. Il avait une fois rencontré Calypso, avec qui il avait acheté des livres, et une fois plus mémorable, c’était son détesté cousin Milo, avec qui il avait eu une altercation virulente sous l’orage. Bon, par la suite, cela avait viré en discussion sérieuse et retour à la raison entre les deux cousins, mais il n’aimait quand même pas Milo après si peu de temps, faut pas abuser… Il avait tout de même trahi sa famille… Enfin, ceci est une autre histoire n’est-ce pas ?
    L’important pour l’instant est de parler de l’ennui du Prinz Bastian. Vous allez me dire que retrouver des amis pour faire des escapades incroyables ou juste pour aller siroter un diabolo fraise ensemble serait une bonne idée ? Oui, pourquoi pas, il est vrai que cette idée merveilleuse était tentante. Mais le hic est là : lorsque les trois-quarts desdits amis sont partis en vacances, comment aller siroter un diabolo fraise avec eux ? On ne peut pas ? Noon, c’est pas vrai ?
    Eh bien si, c’est impossible, je vous l’assure, puisqu’ils ne sont pas là ! Alors que faire lorsqu’on s’ennuie de ses amis ? On leur envoie des lettres ! Et le Goldi Basti avait eu cette idée lui aussi. Ainsi, il avait écrit de superbes romans à Luke, Sasuke, Gabriel, May et Seraphina. Et il avait reçu des réponses, avait ouvert les lettres avec un sourire égal à celui qu’il arborait dans la barque lorsqu’il avait vu Poudlard pour la première fois, six ans plus tôt. Il avait lu, relu ces lettres sacrées de nombreuses fois, dévorant chaque ligne, riant six fois de suite aux blagues de Sasuke qu’il connaissait par cœur maintenant, souriant lorsqu’il lisait les quelques ligne de la main de Luke, râlant lorsqu’il apprenait pour la treizième fois d’affilée que May avait frôlé la mort en se jetant devant un camion moldu, et que cela l’avait fait rire. Ces lettres étaient véritablement son rayon de soleil en ce mois de juillet monotone.
    Il y avait Woody. Le fidèle elfe de maison passait ses journées avec son maître favori. Ils discutaient beaucoup, jouaient aux échecs ou à d’autres jeux, lisaient le journal et commentaient les nouvelles. Bastian aidait même le petit elfe à faire à manger, malgré la réticence de Woody au début. Ils passaient le temps ensemble, et Bastian aimait beaucoup ça. Il considérait Woody comme un ami, bien qu’il ne remplace pas Luke ou May par exemple. Mais sans Woody, les journées pour le Prinz seraient sans aucun doute plus vides encore.

    C’était un vendredi. Un vendredi soir. Une soirée qui s’annonçait plus plate que les autres. En effet, ce soir là, Lukas avait décidé d’emmener Elke à l’opéra. Conscient de l’ennui de son fils, il avait proposé à celui-ci de l’accompagner. Mais Bastian lui avait répondu qu’il n’aimait pas l’opéra, et qu’ils feraient mieux de passer la soirée en amoureux. Lukas état tout de même gêné de laisser son fils s’ennuyer à la maison, mais Bastian lui assura qu’il avait de quoi s’occuper et qu’il passerait de toute façon une bonne soirée avec Woody. Et les parents Krüger s’en allèrent tout de suite après le dîner, qu’ils prirent en coup de vent, projetant de rentrer tard, ou plutôt très tôt le lendemain matin.
    En bref, Bastian avait toute la nuit devant lui. Et ne savait trop quoi faire à part dormir.
    Cette idée ne le réjouissant pas, il monta dans sa chambre et s’assit sur sa chaise de bureau. Dans un grand silence, il ne bougea pas pendant quelques secondes, les yeux dans le vide. Il fallait qu’il se remue, qu’il se bouge. Qu’il force son imagination. Qu’il trouve quelque chose à faire, ou il allait finir par s’empâter… Il se tourna face à son bureau, et saisit les morceaux de parchemin qui s’y trouvaient. Des parchemins vierges, des morpions, des gribouillages… et les cinq lettres de ses amis, toujours prêtes à être relues. Son regard s’attarda sur celle de Seraphina, qui écrivait si bien…
    Woody entra dans la chambre. Bastian tourna la tête vers lui et lui sourit. Il ne le dérangeait pas. Le petit elfe était un peu comme sa conscience, son confident. Il savait tout de son maître, il savait lui parler, le conseiller. Il comprenait ses sentiments, ses émotions. Il était entièrement dévoué à Bastian.
    La petite créature s’approcha de sa démarche boitillante et s’assis sur le lit, en face du bureau.


    Woody – « Le maître a-t’il envie de faire quelque chose de particulier ce soir ? »


    Bastian touchait désormais du doigt la lettre de son aimée. Il caressait les derniers mots qu’elle avait écrit, reformait les courbes qu’elle avait exécuté avec sa plume. Il soupira et tourna à nouveau la tête vers l’elfe.


    Bastian – « Non… je crois que je vais lire un peu… je ne sais pas en fait. Tu pourrais mettre de la musique ? Quelque chose de… doux. »


    Woody hocha la tête et s’éloigna en trottinant. Il mit une chanson d’un groupe de sorciers peu connu, qui étaient des amis de son grand-père. Pourtant cette chanson était très belle, et l’avaient même déjà fait pleurer… mais chuuut, ça faut pas le dire, ça casse le mythe sinon !
    Le petit elfe revint en sifflotant et se rassit sur le lit. Il regarda son maître en souriant et en gigotant ses petites jambes si maigres.
    Bastian relisait la lettre de Seraphina, pour la vingt-troisième fois. Il ne l’avait pas vue depuis la fin de l’année scolaire, dans le train. En effet leurs familles étaient en froid, et ils n’avaient pas le droit de se voir en dehors des cours, où leurs parents n’avaient pas de pouvoir sur eux, et heureusement d’ailleurs. Elle lui manquait, plus que ses autres amis. Enfin, pas vraiment plus, mais d’une façon différente… son visage lui manquait, son parfum, ses gestes, ses sourires, sa voix… tout. Il ferma les yeux, écoutant la musique, la laissant prendre possession de son esprit, s’infiltrer dans ses veines… Basti soupira et, la lettre toujours en main, alla s’affaler sur le lit à côté de Woody. Il chantonnait, les yeux toujours fermés, et pivota, mettant ses jambes sur le mur, laissant sa tête dépasser du matelas. Il ouvrit les yeux et tendit la lettre au dessus de lui. Woody souriait toujours, ne disait rien, observant.
    Le Serpentard chantait toujours, et il embrassa la lettre. Il avait une idée. Enfin, pas vraiment une idée, plutôt un coup de folie qui l’avait atteint tout à coup. Il allait aller voir Seraphina. Maintenant, tout de suite, sans plus attendre.
    Il sourit, comme jamais il n’avait sourit. Un sourire déterminé et heureux. Un sourire espiègle aussi.
    Il sauta sur le lit, se remettant sur ses pieds. Woody sursauta, et le regarda, intrigué. Bastian éclata de rire et déclara, presque en criant :


    Bastian – « Je vais aller voir Seraphina ! Maintenant ! »


    Le petit elfe, bluffé, ouvrit la bouche dans une expression béate. Les yeux grands ouverts, il assimilait la nouvelle et semblait avoir du mal à réfléchir et à trouver des mots pour s’exprimer.


    Woody – « M… Maintenant ? Là, tout de suite ? M… Mais… Comment ? »


    Bastian sourit et prit une expression triomphante, se délectant de l’ébahissement de son ami et serviteur. Il lui répondit du tac au tac, d’une voix sûre et forte, qui couvrait sans mal la musique de fond.


    Bastian – «Oui, tout de suite, par la poudre de cheminette ! »


    Woody – « Mais enfin, êtes-vous tombé sur la tête ? Ses parents sont certainement là, et vous vous ferez chasser sans plus attendre ! Cela ne fera que mettre le feu au poudre entre vos familles ! »


    Mais Bastian ne l’écoutait que d’une oreille, motivé par son idée génialissime qui le portait vers l’avant. Il sauta du lit et alla vers son armoire. Il ouvrit la porte et étudia les différents tenues qu’il avait à sa disposition. C'est-à-dire… des dizaines et des dizaines. Il resta quelques secondes à hésiter puis choisit un jean sombre, de belles chaussures noires bien cirées, un haut gris et un blouson noir lui aussi. La petite touche perso, une belle écharpe très classe qu’il se passa autour du cou, d’une couleur blanche cassée. Woody le regardait faire, se prenant la tête entre les mains. Il sauta du lit à son tour et s’approcha de son maître en courant, apparemment désespéré par la bêtise de Bastian.


    Woody – « Maître, reprenez vos esprits, par pitié ! »


    Bastian – « Na, Na, Na ! »


    Il s’admira une dernière fois dans le miroir, et son reflet lui fit un clin d’œil. Content de lui, Bastian sortit de sa chambre, traversa le couloir d’un pas conquérant et sûr de lui. Il descendit ensuite les escaliers quatre à quatre et courut ensuite vers sa cheminée. Il prit une poignée de poudre verte posée dans un pot au-dessus de la cheminée, et s’engouffra dans le foyer, éteint bien sûr.


    Bastian – « Tu ne m’en veux pas si je te laisse seul ce soir ? Je te prête ma chambre, tu as quartier libre. Et ne t’inquiète pas pour moi… Je reviens avant l’aube. »


    Woody, inquiet, s’avança, la main en avant comme pour essayer de retenir son maître.


    Woody – « Maître !... »


    Mais il était trop tard. Le jeune Krüger avait prononcé l’adresse de la jeune Westerly, et il avait jeté la poudre à ses pieds. Le feu s’alluma, léchant le Serpentard de ses flammes vertes, et Bastian disparut.



    Le voyage fut rapide mais mouvementé. Bastian en avait l’habitude à présent, mais ce n’était tout de même pas plus confortable pour autant. Lorsque ses pieds touchèrent le sol et qu’il arrêta de tournoyer, il regarda autour de lui, en ne pouvant s’empêcher de toussoter. La fumée provoquée l’aveuglait.
    Ses yeux tentèrent de parcourir la salle dans laquelle il avait atterri. Malgré la fumée, il était sûr d’une chose : ce n’était pas la maison, ou plutôt le château des Westerly. Intrigué, il fit un pas en avant, traversant l’écran de poussière qui l’aveuglait, et put enfin découvrir la pièce, tout en secouant ses vêtements si beaux qui coûtaient une fortune…
    En effet, la petite salle qu’il avait sous les yeux ne ressemblait en rien au salon du château de Leeds. C’était un simple salon de moldus, plongé dans l’obscurité. Il vit un canapé, un table basse, une télévision, une chaîne hi-fi… oui, il avait atterri chez des moldus. Le Prinz Basti fit une grimace, et décidé de ne pas rester ici plus longtemps. Il traversa le salon d’un pas précipité, et pénétra dans le hall d’entrée. Il entendit l’écho de voix et vit la lumière provenant de la cuisine. Un homme et une femme discutaient virulemment de choses personnelles dont Bastian n’avait pas envie de savoir la teneur. Il se dirigea vers la porte d’entrée, et tenta de l’ouvrir. Et… elle était ouverte O_o vraiment ces moldus étaient stupides ! Alors qu’il leur suffit de tourner une clé dans la serrure afin d’être protégés des cambrioleurs ou autres nuisibles… vraiment minable. Mais pour le coup, cela l’arrangeait, car il avait pu sortir incroyablement facilement de la maison. La chance était peut-être avec lui ce soir-là.
    Le Serpentard décida de faire un peur bleue aux moldus dont les voix commençaient à s’élever depuis la cuisine. Ca chauffait apparemment. Un sourire machiavélique au visage, Bastian, tenant toujours la porte ouvert entre ses mains, claqua la porte le plus fort possible.
    Un long silence s’en suivit. Ces stupides moldus devaient certainement avoir une trouille bleue désormais, et le jeune sorcier imagina leur têtes en s’éloignant. Il pouffa de rire, se moquant de ces êtres si pitoyables, qui devaient maintenant avoir saisi un couteau de cuisine et le téléphone pour appeler la police…
    Content de lui, Bastian s’éloigna de la maison, et s’arrêta un peu plus loin, en s’adossant au mur d’une autre maison. Il devait réfléchir. Comment était-il arrivé dans ce trou à moldus si différent du château de sa belle ? Il avait certainement dû faire une erreur en annonçant l’adresse de Seraphina. Mais où était-il ? Avec un peu de chance, peut-être s’était-il trompé de peu et avait-il atterri non loin du château. Peut-être…
    Il étudia la rue avec intensité. La chance ne semblait finalement pas avec lui ce soir-là…
    Ces lampadaires, ces poubelles, ces maisons, ces devantures ne lui disaient rien du tout. Désespéré pour la première fois depuis une demi-heure, il se laissa glisser sur le sol, la tête entre les mains. Il était perdu. Il n’avait plus qu’à appeler Woody au secours, comme un perdant et un nul… Il soupira et redressa la tête, regardant d’un œil noir une statue de lapin installé dans le parterre de fleurs d’une devanture voisine.
    Et alors ce fut le déclic : il était déjà venu ici auparavant ! Le souvenir revenait : lorsqu’il était enfant, et que ses parents avaient rendu visite à leurs amis Westerly, Bastian était venu avec eux. Il jouait avec Seraphina et Gabriel. Et puis John avait proposé à Lukas de lui montrer le village de moldus qui existait non loin de chez lui… Bastian et Gabriel s’étaient joint à eux avec joie, tandis que Sera était restée avec les femmes au château. Les quatre hommes et garçons avaient traversé cette rue sous un beau soleil, et, tandis que les hommes discutaient du village, certainement de leurs projets d’esclavages futurs ou il-ne-savait-trop-quoi, les deux enfants couraient et se moquaient des moldus. Bastian avait tout particulièrement apprécié le petit lapin en pierre, à qui il jetait des cailloux, sous l’œil méfiant et rageur de la propriétaire de la maison qui ne pouvait rien dire de peur de froisser le riche habitant du château voisin…
    Sans s’en rendre compte, Basti s’était levé et avait marché jusqu’à se trouver en face du lapin de pierre. Depuis tout ce temps… il n’avait pas bougé. Bien qu’usé et vieilli par le temps, il était toujours à, trônant au milieu des fleurs.
    Bastian était soufflé. Il était déjà venu ici. Cette rue était à cinq minutes du château de Leeds. De plus, il y avait des routes, il n’aurait pas à salir de plus ses chaussures en passant par les champs ou la boue… Il resta là à regarder le lapin quelques secondes, comme pour le remercier, puis se décida à bouger. Il partit en marchant d’un bon pas vers le château des Westerly.


    Quelques minutes après, il était arrivé. La grille d’entrée était ouverte, comme d’habitude. Bastian savait que les barrières de sécurité avaient effet dans la zone de la porte d’entrée du bâtiment lui-même. Mais il ne voulait pas passer par là. Ses yeux se dirigèrent vers la tour gauche du château. Dans l’obscurité, le croissant de lune aidait le sorcier à se diriger et à détailler les environs. La tour en question donnait sur la fenêtre de chambre de Seraphina. Discret et rapide comme un chat, Bastian traversa le jardin de devant et se dirigea vers ladite tour. Il ne savait pas quelle heure il était, mais il devait déjà être tard. Il croisa les doigts, espérant que Seraphina serait dans sa chambre et qu’il n’avait pas fait tout cela pour rien… Mais ce soir-là, il sentait vraiment que la chance était avec lui.
    Arrivé au bas de la tour, il leva la tête. Sa fenêtre était fermée. Bastian se baissa, ramassa quelques petits graviers, et les jeta sur la fenêtre. Il attendit quelques secondes une quelconque réaction… rien ? Tant pis, on recommence ! Il prit une nouvelle poignée de graviers et la jeta. Toujours rien. Ne se décourageant pas, et trouvant cela très amusant, Bastian répéta son manège jusqu’à ce qu’enfin la fenêtre s’ouvre.
    Lorsque Bastian aperçut le visage de Seraphina, il dût se faire violence pour ne pas crier de joie.
    A la place, il tendit les bras vers elle, comme s’il l’accueillait à bras ouverts, et cria en chuchotant (oui c’est possible ^^’ ) :


    Bastian – « Seraphina ! Comme c’est bon de te revoir ! »


    Oui, la scène était assez étrange, mais quoi de mieux pour leurs retrouvailles ? Et c’était la situation rêvée pour une scène romantique à faire pleurer toutes les filles, même les plus froides et dures. Ah, mais Basti ne jouait pas de guitare, c’est vrai… Et puis il n’en avait pas pris d’ailleurs Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 369999



Revenir en haut Aller en bas
http://www.harry-potter-forum.com/personnages-valides-f7/bastian-debarque-pour-le-meilleur-et-pour-le-pire-fini-t1468.htm#18538 http://www.harry-potter-forum.com/bible-de-vos-rp-s-f9/les-rp-s- http://www.harry-potter-forum.com/amis-et-ennemis-f12/bastian-fait-son-menage-mais-vous-aime-toujours-autant--version-2-t4986.htm http://www.harry-potter-forum.com/chemin-de-traverse-f31/deux-cousins-un-elfe-la-pluie-et-un-chemin-vide-fe-avec-milo-t1610.htm
Seraphina S. Westerly

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

Seraphina S. Westerly

Féminin AGE : 31
MESSAGES : 344
DATE D'INSCRIPTION : 29/06/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE : Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 101028070411626838


Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Empty
MessageSujet: Re: Les petits graviers. [Ft. Seraphina]   Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Icon_minitimeSeptembre 20th 2010, 17:41

Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 100920063810826180 Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 100920064007664871
BASTIAN &&' SERAPHINA ♥️

    Les vacances...les jours sans travaille consacré aux étudiants, aux élèves, aux enfants et même aux parents pour décompresser du travail qu'ils ont fait pendant l'année, les vacances était synonyme de repos, de soleil, de flemmardise, mais surtout de temps libre...un temps libre qu'on pouvait occuper de n'importe quel façon que ce soit, dormir jusqu'à pas d'heure, lire le plus clair de notre temps, voir les amis ou plus généralement partir en vacances...et comme tout les été, celle là n'avait pas échappée a la règle, la jeune fille était partie en Italie, la ville natale de la belle Seraphina, pendant le premier mois qui avait suivit la fin des cours, mais ça n'avait pas été seulement la fin des cours pour Sera', ça avait été aussi la fin de son bonheur, non pas que son bonheur c'était les cours, loin de là même si la jeune fille avait des bonnes notes et savait être ce que les professeurs attendaient d'elles, comme ça on lui foutait la paix enfin c'est mais plus parce que son bonheur se trouvait à l'école, le seul endroit ou elle pouvait le voir sans se cacher de ses parents, le seul endroit ou elle pouvait être en contact avec lui, heureusement il y avait les hiboux mais pour elle c'était peu, chaque fois qu'elle relisait ses lettres, elle avait l'impression que son cœur se fendait en deux tellement elle se rendait compte de l'absence de sa présence et ça avait été plus pire lorsqu'elle avait appris qu'elle partirait tout un mois en Italie, chez la famille, elle se rappela encore du dernier moments qu'ils avaient passé tout les deux dans le train qui les ramenait a la gare...ils étaient restés ensemble avant de se quitter, et la belle ne s'était pas gênée pour rester dans les bras de son prince, s'endormant même la tête sur ses genoux a un moment, car même s'ils n'étaient plus officiellement ensemble, ils restaient quand même proches l'un de l'autre, elle avait voulu profiter de sa présence

    Un mois sans lui, un mois sans avoir de ses nouvelles si ce n'est quelques rares lettres une ou deux fois, elle se sentait, comme qui dirait, coupé du monde, même de ses amies, elle n'avait même pas reçu de lettre de ses amies à part de Charlotte ou Gabriel, l'un de ses meilleurs amis et une fois aussi Luke mais en parlant de Gabriel, heureusement que son jumeau était là, le seul qui lui redonnait la joie et le gout pour ses vacances, et puis il y avait aussi ses parents, sa mère qui lui parlait souvent de la grande famille qu'ils avaient un peu partout dans le monde..et elle lui avait parlé également de ses anciennes, anciennes ancêtres qui faisait partie des premières sorcières découvert à Salem heureusement elles s'était enfuie avant qu'elles ne se fassent capturer comme les autres, décidément elle était loin de s'imaginer que sa famille puisse remonter aussi loin

    --------------------------------------------------------

    - Shan tu devrais ouvrir les yeux...la vue va te plaire je crois...

    Entendant la voix de son jumeau par la manière dont il l'appelais, Shan venant de Shanice son deuxième prénom, c'était un surnom affectif pour sa jumelle...et d'ailleurs il ne s'était pas trompé, à peine avait-elle ouvert les yeux d'un sommeil dû a la fatigue sur le chemin du retour, le visage de la belle s'illumina un peu plus tandis qu'elle vit la gare de King's Cross, peut-être pas aussi fabuleuse ou fameuse mais c'était plutôt sa signification qui l'était, cela signifiait entre autre qu'elle était rentré a la maison et qu'elle pouvait parler avec Bastian comme elle voulait maintenant par le biais des coursives d'hiboux, par là elle se sentait plus proche de lui...
    Seraphina profita du reste des vacances comme elle pouvait mais elle n'allait pas se plaindre, elle était mille fois contente d'être revenue dans son bon vieux château qu'elle ne rouspétait même plus...mais qu'est ce qu'il y avait a faire à part sortir, dormir, s'amuser, elle comptait les jours qui la séparait de Poudlard, qui la séparait de lui...comme ce fameux jour ou elle avait mis une croix sur le calendrier avant de partir à Pré au lard avec ses parents pour faire les courses pour elle avant qu'il ne parte quelques jours en voyages d'affaire et son frère étant parti dormir quelque jours chez une copine, ce qui fait que Seraphina sera seule chez elle à partir du lendemain matin, les heures passèrent et les parents de Sera' finissait de préparer leur valise pourtant ne voulant la laisser seule dans ce grand château, ils avaient appelé leur fils pour qu'il vient tenir compagnie a la jeune fille lorsqu'ils partiront, tandis qu'elle était au grand salon avec ses parents, elle sentit son chat se frotter contre ses jambes et faisait que de miauler, fronçant les sourcils elle se demandait ce qu'il avait lorsqu'elle le vit par la suite monter les grands escaliers, au même moment son elfe apparut pour lui murmurer qu'elle devait monter vite dans sa chambre, prétextant une feinte a ses parents, elle monta dans sa chambre

    - Bon j'espère que t'a une bonne excuse, ils vont se demander des choses...Qu'est ce qui se passe Wendy?

    Demanda t-elle a son elfe de maison puis regarda le chat qui était monté sur le rebord de la fenêtre, Wendy, quand à elle, ne dit rien mais fit des gestes répété avec sa main qu'elle pointa en direction de la fenêtre, suivant son regard, la jeune fille se demanda qu'est ce qu'il y avait de spécial a la fenêtre quand elle entendit tout d'un coup un bruit contre la vitre, qui la fit légèrement sursauter, fronçant les sourcils elle se demandait qu'est ce que c'était ou plutôt qui c'était, à peine avait-elle ouvert la fenêtre que son cœur fit un énorme bond dans sa poitrine...impossible de prononcer quoique ce soit tant elle mit plusieurs secondes à réagir avec de gros yeux, l'entendant crier, la jeune fille eut un regard anxieux vers la porte de sa chambre, ne voulant pas que ses parents l'entend, elle reposa son regard sur lui

    - Mais...Qu'est ce que...Comment....Qu'est ce que tu fais ici? Et c'est quoi toute cette poussière sur toi...Rolling Eyes

    Comme c'était bon de le revoir également, son sourire lui avait tant manqué, son visage qui était gravé dans le cœur et la tête de la jeune femme...mais étrangement cette scène lui rappelait quelque chose de même que leur histoire qui concordait...mais ce qui est sûr c'est qu'ils n'auront pas la même fin...
Revenir en haut Aller en bas
http://world-of-harrypotter.forumactif.com/presentation-des-membres-f1/la-femme-est-le-chef-d-oeuvre-de-dieu-surtout-quand-elle-a-le-diable-au-corps-t825.htm https://world-of-harrypotter.forumsrpg.com/bible-de-vos-rp-s-f9/ http://world-of-harrypotter.forumactif.com/amis-et-ennemis-f12/sa-vie-ses-amours-ses-emmerdes-ft-nina-dobrev-a-t977.htm
Bastian L. Krüger

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

Bastian L. Krüger

AGE : 25
MESSAGES : 213
DATE D'INSCRIPTION : 19/07/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE : Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Mini_711491toy_story

COPYRIGHT : Miss Me

Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Empty
MessageSujet: Re: Les petits graviers. [Ft. Seraphina]   Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Icon_minitimeOctobre 21st 2010, 22:18




Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 017 Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 1zb85xs

"Chaque jour je t'aime davantage, aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain."





    Seraphina, Seraphina… L’ange de ses rêves, la princesse de ses journées, la Reine de son Cœur…
    Le simple fait de murmurer son nom lui faisait s‘évader en rêve. Il connaissait son visage par cœur, le moindre trait, la moindre courbe, pouvait sentir entre ses mains la douceur de ses cheveux, se rappeler son odeur… Il pouvait la rêver tellement il l’aimait, tellement elle le passionnait. Elle était sa fascination, son amour, celle pour qui il pourrait décrocher la Lune, et plus encore.
    Et depuis la fin de l’année scolaire, il ne l’avais plus vue. Ne l’avais plus entendue. Il n’avait pu que la rêver, n’avait pu qu’imaginer tant de moyens différents de la retrouver. Penser à leur avenir ensemble. Car oui, bien que cachés, ils étaient de nouveaux ensemble, n’ayant pu résister à leur amour bien trop fort pour être arrêté par de stupides querelles familiales dont-ils ne connaissaient même pas la cause.
    Et maintenant, après tant de semaines de privation, elle était là. A quelques mètres au-dessus de lui, dans l’obscurité, à l’intérieur d’un château qui lui était hostile, mais bien là. Elle n’était pas un rêve.
    Il détailla son visage surpris, si beau. Malgré l’obscurité, il était béat devant tant de magnificence. Il laissa tomber les quelques graviers qu’il tenait encore dans sa main gauche, et lentement, un sourire amoureux et un peu niais lui fendit le visage. Il rayonnait. Elle était son bonheur.
    Alors elle parla, et le monde entier s’était sûrement arrêté pour l’écouter.
    Pour écouter Seraphina.

    Seraphina - « Mais… Qu’est-ce que… Comment… Qu’est-ce que tu fais ici ? Et c’est quoi toute cette poussière sur toi ? »

    Il ne compris pas immédiatement ce qu’elle disait. En fait, son cerveau tournait au ralenti apparemment.
    Souriant toujours comme un enfant émerveillé devant un grand gâteau au chocolat, il capta le sens des paroles prononcées par sa bien-aimée, et baissa les yeux, détaillant ses vêtements, observant l’étendue des dégâts.

    Bastian - « Désolé ma chérie… Je m‘étais fait beau pour toi, mais les cendres, ça ne pardonne pas… »

    Il releva la tête portant de nouveau son regard vers Sera. Il eut un petit sourire d’excuse, ayant reprit sa contenance.

    Bastian - « Je suis venu te voir, mon amour. Quatre semaines sans toi, cela me semblait l‘éternité à traverser… »

    Oh oui, l’éternité… Voir plus encore. Pendant un an ils ne s’étaient plus trop côtoyés restant amis mais essayant de s’éloigner pour ne pas être tenté de retomber dans les bras l’un de l’autre… Une année à tenter de s’oublier, à s’intéresser à d’autres personnes… Mais rien à faire. C‘était trop dur. Soit c’était le destin, soit c’était une addiction. Mais Bastian et Seraphina préféraient parler d’amour. L’amour fou, l’amour passion…. Quelque soit son nom, ils savaient qu’ils le vivaient. Ils savaient aussi que rien ne serait facile, que rien n’était gagné. Que tout pouvait arriver. Surtout en cette période de guerre et d’obscurité. Et Dieu sait que la vie apporte toujours sont lot de surprises, bonnes ou mauvaises.
    Ils vivaient dans leur petite bulle, à part du monde, espérant seulement que leurs pères réussissent un jour à enterrer la hache de guerre et puissent enfin s’aimer comme auparavant, comme des frères. Que leurs fiançailles soient remises au goût du jour. Que tout redevienne normal, comme avant, que le bonheur leur rende une petite visite un de ces jours.
    Il s’épousseta, tentant de se rentre un peu plus présentable. Mais il savait aussi que Seraphina, bien que pleine de prestance et toujours très bine apprêtée, aimait trouver des fois un côté plus fou et sauvage Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 291904 dans leur relation. Pourquoi pas un petit tour en cette belle soirée d’été, cette nuit presque de pleine lune ?

    Bastian - « Veux-tu de moi ce soir ? Tes parents sont là j’imagine ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.harry-potter-forum.com/personnages-valides-f7/bastian-debarque-pour-le-meilleur-et-pour-le-pire-fini-t1468.htm#18538 http://www.harry-potter-forum.com/bible-de-vos-rp-s-f9/les-rp-s- http://www.harry-potter-forum.com/amis-et-ennemis-f12/bastian-fait-son-menage-mais-vous-aime-toujours-autant--version-2-t4986.htm http://www.harry-potter-forum.com/chemin-de-traverse-f31/deux-cousins-un-elfe-la-pluie-et-un-chemin-vide-fe-avec-milo-t1610.htm
Seraphina S. Westerly

C’est amusant de ne pas respecter... Le règlement !

Seraphina S. Westerly

Féminin AGE : 31
MESSAGES : 344
DATE D'INSCRIPTION : 29/06/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE : Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 101028070411626838


Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Empty
MessageSujet: Re: Les petits graviers. [Ft. Seraphina]   Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Icon_minitimeNovembre 16th 2010, 01:45



Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 101105034231976275 Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 101105034506275862
♥️ BASTIAN L. KRÜGER && SERAPHINA S. WESTERLY ♥️
" LIVE MY LIFE WITHOUT YOU IS IMPOSSIBLE BECAUSE ONE LIFE WITHOUT YOU IS LIKE A SKY WITHOUT SUN " ♥️


    Quand, pendant toute l'année, certains ne désire qu'une chose, tellement ça les insupporte, ils désirent de partir de Poudlard ou bien être en vacance pour ne plus travailler pendant deux long mois...pourtant il y avait des exceptions et l'une de ses exception s'appelait Seraphina...la serpentarde ne désirait qu'une chose depuis qu'elle était partie de Poudlard, depuis que la fin de l'année scolaire a sonné, celle de pouvoir revenir sur les bancs de l'école, hé oui elle avait beau être une serpentarde, elle désirait repartir à Poudlard, mais ce n'était pas pour une raison voulu par certains, la raison était loin de celle des cours, Poudlard était l'endroit le plus sécurisé ou on pouvait être, pour elle ce château était le seul lieu ou elle pouvait continuer a fréquenter une personne en particulier, dur a été de faire sa valise alors qu'elle savait qu'elle allait passer deux mois d'enfer...voire même l'enfer semblait être le paradis à côté de ça, à côté du fait de passer deux long mois sans celui qui habitait son coeur...comment le déloger de là?! elle n'y pensait même pas, à vrai dire elle avait essayer et essayer pendant toute une année, elle avait essayer auprès d'autres gens, d'autres mecs aussi mignon soit-ils mais il avait carrément capturer son coeur, elle ne pouvait le donner maintenant à n'importe qui ou du moins elle ne pouvait plus, son coeur lui a toujours appartenu et il lui appartiendra toujours...

    Elle avait plusieurs fois essayer de parler a son père mais ça finissait toujours par une dispute, il l'avait rien voulu entendre pour le moment mais elle sait que sa mère n'allait pas rester dans son coin à rien faire et même si lors de son retour en Angleterre, ça la rassura davantage de se savoir un peu plus proche de lui comparé de l'Italie, elle savait que un mois qu'elle allait continuer encore un mois a se languir du jour ou elle le reverra pour la rentré, du moins c'est ce qu'elle avait cru jusqu'à maintenant, jamais elle n'aurait cru qu'il aurait eu cet idée folle dans sa tête et tout ça pour elle, il savait qu'il prenait le risque de se faire prendre par les parents de Sera' et empirer une fois de plus la situation mais c'était ça l'amour, alors qu'elle le regardait en bas, elle ne put se retenir de sourire, bien qu'elle se retenait de crier de joie elle essayait de parler le plus doucement possible pour qu'on ne l'entend pas

    _ Au diable les cendres, qu'importe peu, vous êtes incroyablement, comment dire?! sexy comme ça mon cher ce soir..Razz...

    C'est vrai, incroyablement sexy, il l'était toujours, que ce soit lorsqu'il était super bien apprêté, qu'il soit débraillé, en pyjama, sans vêtement ou avec des cendres sur la tête, pour elle, il restait toujours le même, super attirant et magnifiquement beau...en même ce n'était pas n'importe qui, c'était son amour, son homme, sa vie et elle savait qu'elle était avec le plus beau des serpentards, que dis-je, elle sortait avec le meilleur des hommes, elle l'aimait sans détour, sans superficialié, sans mensonge..
    Seraphina essayait de guetter la porte de sa chambre, tout en regardant Bastian, elle ne voulait pas qu'il se fasse prendre, elle avait trop peur qu'il se fasse prendre, qui sait ce qu'il pourrait advenir d'eux s'ils se faisaient prendre, elle l'avait promis à son père et il pardonnait très mal au promesse et la situation pourrait de plus en plus s'envenimer si les parents de Bastian s'en mêlait s'ils se faisaient prendre car son père allait surement le prévenir a Lukàs... Sera' avait charger son elfe de surveiller la porte bien attentivement pour qu'elle puisse parler en toute tranquilité avec l'amour de sa vie, soulevant sa fenêtre entièrement parce que jusque là c'est elle qui la tenait à demi ouverte mais ses mains fatiguait alors elle l'ouvra entièrement puis s'accouda sur le rebord, lui répondant a sa question

    - Si tu savais...Je veux de toi ce soir, demain soir, après soir, tout les autres soirs à venir...mais désolée impossible de savoir jusqu'à quand Wink je me sens de nouveau drôlement mieux maintenant que je te voit et même si mes parents sont là, qu'importe, ça n'a plus la moindre importance à vrai dire, tout ce qui compte c'est toi et moi pas vrai ?! malheureusement ils ne dorment pas encore alors essaye de monter jusqu'ici en entendant...enfin si tu veux bien Les petits graviers. [Ft. Seraphina] 369999
Revenir en haut Aller en bas
http://world-of-harrypotter.forumactif.com/presentation-des-membres-f1/la-femme-est-le-chef-d-oeuvre-de-dieu-surtout-quand-elle-a-le-diable-au-corps-t825.htm https://world-of-harrypotter.forumsrpg.com/bible-de-vos-rp-s-f9/ http://world-of-harrypotter.forumactif.com/amis-et-ennemis-f12/sa-vie-ses-amours-ses-emmerdes-ft-nina-dobrev-a-t977.htm
Contenu sponsorisé




Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Empty
MessageSujet: Re: Les petits graviers. [Ft. Seraphina]   Les petits graviers. [Ft. Seraphina] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les petits graviers. [Ft. Seraphina]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOS 125 à 130 petits chiens entassés dans une maison(08)
» Mon Aragorn (et quelques petits orques qui passaient par la)
» cake super facile
» Petit déjeuner studieux [Libre]
» 2 petits vieux en détresse-sauvés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Harry Potter :: Jeu de Rôle : L'Angleterre Magique :: Autres lieux...-
Sauter vers: