Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir]



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir]

Aller en bas 
AuteurMessage
Vladimir Manokova

N’ai pas peur. Je vais te donner le choix que je n’ai jamais eu.

Vladimir Manokova

Masculin AGE : 34
MESSAGES : 1939
DATE D'INSCRIPTION : 26/07/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE : Mes autres comptes : Severus Rogue, Jazz Gates et Lord Voldemort.


Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Empty
MessageSujet: Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir]   Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Icon_minitimeSeptembre 25th 2010, 19:34

Coeur blessé, âme brisée...
Aliénor de Maurpassant & Vladimir Manokova

Flashback février 1993

Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Tudors03 Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Cb86

    Passer toute une éternité sans te sentir, sans pouvoir te toucher, sans avoir le droit de poser mon regard sur toi... Choisir une vie plutôt qu'une autre, pouvoir te dire encore et encore ce que je ressend à ton égard... Prendre ta route, suivre ton chemin, être là à tes côtés, te toucher. Te toucher encore. Te toucher encore plus... Ne jamais s'arrêter de t'aimer...



    Le Mal n'existe pas. Il n'y a pas un dieu bon et un ange mauvais, qui s'affrontent sous terre ou dans les cieux, pour savoir quels humains seront plus leur adeptes que d'autres. Tout comme il n'y a pas de dieux, disposant des pions représentant les humains, jouant avec leurs sentiments pour en rendre certains plus mauvais que les autres. Il y a tout simplement des hommes et des femmes qui nous font plus souffrir que d'autres. Car le malheur existe réellement. Le mal non, mais lui, oui.

    Le mal est une notion, le malheur est une souffrance. Et cette souffrance, on la ressent tous de la même manière, seules les raisons changent. Tout comme le bonheur qui n'existe pas, mais l'Amour oui. Car on peut aimer sans être heureux, mais on ne peut pas être heureux sans Amour. Certaines personnes choisissent de plus nous aimer que de nous faire souffrir, tandis que d'autres ne peuvent pas s'empêcher de nous faire souffrir pour pouvoir nous aimer.

    Je me suis longtemps demandé pourquoi je ressentais cela pour elle, alors qu'elle, elle ne devait pas ressentir autant de choses que moi. Une partie de son âme a été damnée pour l'éternité, tandis que l'autre lutte pour sa survie. Et même si son comportement a légérement changé, et changera encore, je doute qu'à l'heure actuelle, elle soit véritablement plus enclein à aimer qu'à jouer avec sa proie.

    Pour la plupart des gens, la naissance des sentiments est un moment précieux. Pour moi, commencer à aimer l'autre sans savoir si on est aimé en retour est une véritable souffrance. Alors que certains ont le rouge qui monte aux joues, moi j'ai le noir qui monte au coeur. Je ne sais que penser avec elle, je ne sais que faire. Par moment elle montre des signes d'Amour, mais très souvent, l'amusement reprend le dessus. C'est comme si elle s'empêchait de m'aimer et qu'elle se contentait de me faire croire qu'elle tient à moi.

    Je sais beaucoup de choses sur elle, bien plus qu'un simple petit ami (?) saurait sur sa copine. C'est peut être ce qui rend notre relation moins intéressante, car je connais toutes ses réponses à l'avance. Cela dit, l'originalité de notre couple réside dans les personnes qui le composent. Elle a plus de cinq cent ans d'histoire, et j'ai un passé lourd et chargé qu'elle ne connait pas. C'est peut être cela qui l'intéresse chez moi. Une fois qu'elle aura percé tous mes secrets, elle partira. Ce qui revient à dire que je ne risque pas de la perdre de si tôt.

    Je l'ai longtemps observée avant d'être présenté à elle. J'ai pu voir comment elle fonctionnait, ce qu'elle désirait, comment elle obtenait ce qu'elle voulait. Et c'est ainsi que j'ai pu très facilement la convoiter et la conduire jusqu'aux portes de mon chez moi. A vrai dire, le début a été rapide, c'est la suite qui est devenue plus compliquée. Notre première véritable rencontre a eu lieu aux Carpates, dans la château des Grands Maîtres. J'y donnais une réception afin de discuter des nouveaux droits des Vampires dans l'Empire du Grand Nord. Tout le monde suivait mon raisonnement, car il était aussi bon pour les sorciers que pour ces créatures.

    Elle était là également, et elle devait être la seule à ne pas encore avoir prononcer le moindre mot. De toute la soirée, je n'avais pas une seule fois posé mon regard sur elle. C'était chose facile de la regarder quand elle ne savait pas que je me trouvais à proximité d'elle. Je pouvais avoir tout le loisir de contempler sa beauté. Mais ici, toute l'attention était porté sur moi, et si j'avais montré trop d'intérêt envers cette jeune personne, ça se serait tout de suite vue.

    On était la veille de la fête des amoureux. Le 13 février 1993. C'était une drôle de coincidence pour une première rencontre, qui allait bouleverser le restant de mon existence. Ca n'était pas voulu. Je donnais cette réception, comme les huit précédentes, dans le but qu'elle soit présente, mais je ne savais pas quel jour je la verrai. J'avais expressement demandé à ce que les plus anciens Vampires se présentent à moi dans les Carpates, lors de ces réceptions.

    A l'époque, on aurait passé une annonce plus claire : "jeune minitre de la magie, cherche compagne pour nuits de folies et plus si affinitées". Toutes les jeunes filles à marier se seraient ruées à la Cité Rougé, et ça aurait été réglé. Mais là, il ne s'agissait pas d'une histoire de prince charmant, mais simplement d'un homme, à la recherche de celle qui avait réussi à captiver l'attention tout entier d'un homme aussi banal qu'il soit, mais autant amoureux qu'il pourrait l'être.

    "Vous pourriez venir me voir ?"

    Je venais de prendre le verre qui se trouvait devant moi sur ce magnifique buffet. Il y avait une ribanbelle de choses plus appétissantes les unes que les autres. Et étrangement, on était que trois à se nourrir tandis que les autres se contentaient de boire le sang disposait dans les verres de la table voisine. Elle faisait partit de ces personnes qui ne s'abreuvaient pas à ma table, et pourtant c'était à mon buffet qu'elle se trouvait, faisant mine de regarder ce qui s'y trouvait. J'avais pris sur moi, et toujours sans la regarder, comme je l'avais si bien fait toute la soirée, j'avais prononcé discrètement cette phrase.

    "Pour discuter... Passer le temps..."

    Qu'est ce qui m'a pris de lui demander cela ? C'était tellement mal sous entendu que n'importe quel benêt aurait compris le sens profond de la demande. Voilà que maintenant je passais commande de rencart devant les buffets froids ? Un rencart pour un Ministre de la Magie, c'était ce qu'il y avait de plus facile à avoir. Mais avec une vampire, personne aurait pu croire cela possible. Le plus agaçant n'est pas que je propose à une créature magique de passer du bon temps avec moi, mais que je me rend compte à quel point j'ai besoin de ce rendez vous. Je suis littéralement accro à elle sans pour autant lui avoir déjà parler. Quelque chose ne tournait pas rond chez moi. Et au lieu de me cacher, de fuir, ou de me mettre à rire en lui faisant croire que je blaguais, je me suis contenté de la regarder dans les yeux, pour la première fois de la soirée.

    Mon dieu, qu'elle est belle...
Revenir en haut Aller en bas
http://world-of-harrypotter.forumactif.com/fiches-elaborees-f142/vladimir-manokova-t2856.htm https://world-of-harrypotter.forumsrpg.com/bible-de-vos-rp-s-f9/
Aliénor de Maurpassant

Chaplin was the one who made me laugh!

Aliénor de Maurpassant

Féminin AGE : 30
MESSAGES : 824
DATE D'INSCRIPTION : 16/06/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE : Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] 995779alienorimageperso

COPYRIGHT : Natoune

Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Empty
MessageSujet: Re: Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir]   Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Icon_minitimeSeptembre 26th 2010, 15:08



Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] 308400anneetoiles Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] 621285icon_vladHow can you
see into my eyes
like open doors ?

Feat. Vladimir & Aliénor

"Pourquoi attendre ?"

Deux mots qui semblaient résonner sur le fil ténu de l'éternité... Une question très simple et qui n'intimait aucune réponse. Il avait suffi que le Ministre, cet homme insignifiant, lui porte un quelconque intérêt pour qu'elle réponde d'une manière aussi effrontée. Bien entendu, tout cela était habituel pour elle, mais d'ordinaire, elle prenait le temps de jouer et de malmener le prétendant d'une nuit jusqu'à ce qu'il l'implore de lui accorder ses faveurs. Il était très rare qu'elle s'offre aussi facilement. Un moment de faiblesse, sans doute.

En arrivant au repas organisé par les Grands Maîtres et le Ministère de la Magie du Grand Nord, elle n'avait pas imaginé faire une telle rencontre. Elle avait prévu de s'ennuyer énormément, de boire du sang insipide et d'écouter des conversations tout aussi assommantes. En fin de soirée, elle aurait trompé sa solitude avec un verre d'hémoglobine alcoolisé puis serait retournée rapidement dans sa luxueuse demeure en Angleterre. Le Grand Nord était trop mort pour insuffler un quelconque intérêt : il lui semblait que cet empire reflétait son âme. Il était infiniment puissant, mais à cela équivalait une immensité glaciale et désertique. Elle n'aimait guère cet endroit, il était aussi sinistre que les Grands Maîtres. Bien entendu, elle n'avait pas de telles pensées en leur présence, car elle les savait télépathes et mediums, mais elle se contentait de leur accorder un respect mesuré. Ils étaient ses aînés et elle leur devait allégeance, mais cela s'arrêtait là.

Depuis maintenant huit années, elle avait eu vent que le Ministère du Grand Nord souhaitait rassembler les plus anciens vampires lors d'un repas. L'objet de ce rassemblement était bien entendu la bonne entente des créatures de la nuit et des sorciers, mais Aliénor avait toujours eu plus important à faire : les soldes, une guerre civile qu'elle ne pouvait pas râter, une rétrospective des meilleurs films de Charlie Chaplin au cinéma... Pour résumer, elle avait toujours trouvé une excuse pour ne pas y aller.

Cependant, cette année-là, elle songea qu'il était plus sage de s'y rendre au moins une fois, afin que les Grands Maîtres ne prennent pas ses rejets pour de l'insubordination. Il valait mieux avoir les puissants de son côté. C'était avec cette règle d'or qu'elle avait réussi à rester en vie à travers les siècles.

La soirée s'était déroulée exactement comme elle l'avait imaginée, aussi ennuyeuse que possible, et comble du désespoir, elle ne pouvait même pas toucher aux humains présents à table, car ils faisaient partie des hauts dignitaires de l'Empire du Grand Nord. C'était frustrant, comme si on agitait de la nourriture devant son nez alors qu'elle était pieds et poings liés. Alors qu'elle souffrait en silence, dévorée par l'envie de se jeter sur le premier venu pour accrocher ses dents à sa jugulaire, son regard croisa furtivement celui du Ministre de la Magie. La bienséance aurait voulu qu'elle se désintéresse aussitôt de lui, mais cela faisait bien longtemps qu'elle ne respectait plus les codes de convenance. A la place, elle se mit à le dévorer des yeux, se demandant pourquoi il lui semblait différent des autres humains présents à table. Etait-ce le fait de savoir qu'il était l'homme le plus influent de cette assemblée ? Etait-ce autre chose de plus subtil ? D'où lui venait cette impression qu'elle le connaissait déjà ? A toutes ces questions, elle se contenta de faire la sourde oreille, observant cet individu qui ne mangeait que des plats végétariens. Curieux personnage...

Lorsqu'il se leva et se dirigea vers le buffet réservé aux humains, Aliénor le suivit quelques minutes plus tard et fit mine de s'intéresser aux différents plats disposés qui lui étaient interdits. Parfaitement consciente que sa présence dans cet endroit précis allait paraître suspecte, elle ondula fièrement devant les entrées et les desserts, frôlant la manche du Ministre avant de se placer près de lui.

Sa question la prit de court, malgré tout ce qu'elle avait pu imaginer à propos de lui. Elle ne pensait pas qu'il serait aussi direct. Elle avait fréquenté bon nombres de hauts dignitaires, mais c'était très souvent des rois français dont la réputation scandaleuse n'était plus à faire. A croire que les hommes politiques du XXème siècle cherchaient autant la compagnie des femmes que par le passé. Rien ne changeait en ce bas monde, et ce n'était pas pour déplaire à Aliénor. L'évolution des moeurs la faisait bien rire : les humains avaient beau se vêtir différemment, ils étaient toujours les mêmes. Il n'y avait que l'évolution de la mode qui comptait ; les hommes eux, n'avaient jamais montré de réel changement dans leur comportement.

Le ministre avait pris un verre de jus d'orange et ajouté quelques mots à sa question mal avisée, mais cela ne fit que confirmer ce que la vampire avait déjà deviné. Elle soutint le regard qu'il posa sur elle, sans ciller, légèrement hautaine, puis son visage s'adoucit alors qu'elle posait délicatement sa main sur celle du Ministre qui tenait le verre. Tandis qu'elle la caressait du bout des doigts, un sourire en coin se dessina sur ses lèvres rouges et elle murmura, plein de malice :

"Pourquoi attendre ?"

°*°*°*°

Dans le bureau du Ministre, à l'intérieur de l'une des tours de la Cité Rouge, Aliénor observait le paysage à travers la baie vitrée. Elle reboutonnait son corsage avec un petit sourire. Elle devait être échevelée et peu présentable, mais cela n'avait aucune importance. Le soleil était sur le point de se coucher, et elle venait de passer un moment inoubliable. Elle était toujours étonnée de s'apercevoir qu'une journée qui avait mal commencé pouvait très bien se finir en feu d'artifice.

Elle jeta un coup d'oeil par-dessus son épaule dénudée et décocha un nouveau sourire un peu rêveur en direction du Ministre. Puis, son regard dériva sur la table de bureau en désordre, qui les avait accueillie tous les deux, et elle se mordit les lèvres jusqu'au sang.

Vladimir Manokova était assis dans son fauteuil, essayant de lisser en vain son costume froissé. Aliénor lui lança un regard ravageur avant de se pencher devant lui pour prendre le haut de sa robe qui avait glissé sous la table. Son corsage recouvrait le minimum nécessaire, ce qui laissa donc tout le loisir au Ministre d'observer ses formes pendant qu'elle ramassait son haut. Une fois qu'elle l'eut enfilé et fermé, elle déclara d'un ton faussement concerné :

"Il se peut que je revienne de temps à autre pour discuter ou... passer le temps !"

Elle eut un petit rire moqueur en souvenir de ce qu'il lui avait dit, puis sortit du bureau sans se retourner. Cet agaçant sourire ne la quitta pas des journées entières. Imaginez un vampire chasser ses proies avec un large sourire, c'était encore plus effrayant !

°*°*°*°

Grand Nord, 1996

Aliénor marchait sur des feuilles couvertes de givre, provoquant des craquements à chacun de ses pas. Sa longue cape bleu nuit faisait de larges remous dans son sillage, et elle gardait le regard fixe malgré les racines des arbres qui auraient pu la faire chuter à tous moments. Cette forêt lui était totalement inconnue, mais poussée par la curiosité, elle avait accepté l'invitation de Vladimir. Une fois arrivée au point de rendez-vous, elle s'arrêta et tendit l'oreille, guettant le moindre bruit.

Le silence. Aliénor n'était pas anxieuse, elle savait qu'il n'avait pas oublié. Il aurait remué ciel et terre pour elle. Comme c'était agréable d'avoir un homme à ses pieds !

Tout de même, elle commençait à trouver le temps long. Le bruit des rares feuilles qui s'agitaient dans les arbres sous la bise glaciale lui donna un frisson malgré le fait qu'elle ne pouvait ressentir le froid. Quelque chose lui déplaisait dans cet endroit. Elle ne se sentait pas en sécurité. Elle décida de faire quelques pas pour faire disparaître ce sentiment de danger mais à peine s'était-elle retournée qu'elle entendit un grondement faire trembler le sol. La vampire déglutit avec peine alors que le bruit se rapprochait. Cela ressemblait à un lourd galop. Ce n'était pas un cheval. Il s'agissait d'un...

Aliénor retint un cri de terreur en se retrouvant nez à nez avec un ours polaire qui avait surgi d'un talus. Le gros mammifère ouvrit la gueule et poussa un grognement parculièrement effrayant. La vampire se recula d'un bond puis essaya de se ressaisir, toisant l'animal avec dédain.

"Doucement Nounours"
dit-elle tout en usant de son don de persuasion pour convaincre la bête de ne pas se jeter sur elle pour la dévorer.

L'ours portait une armure étincelante sur le dos, ce qui rendait la scène encore plus étrange. Mais Aliénor n'eut pas le temps de se concentrer davantage sur ce détail quand elle comprit que l'animal ne se laissait pas berner aussi facilement. Son don d'influence ne fonctionnait pas sur lui, car au lieu de couiner gentiment tout en demandant des caresses, il grogna de plus belle, menaçant.

"Je ne vais tout de même pas crier 'au secours' !" balbutia Aliénor, à la fois terrorisée et honteuse de devoir envisager une chose pareille.

Elle resta immobile face à l'ours, espérant qu'il se calme si elle ne faisait pas de mouvement brusque, mais ce n'était pas gagné...

Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] 163849alienornounours2
Revenir en haut Aller en bas
http://www.harry-potter-forum.com/personnages-valides-f7/alienor-de-maurpassant-t1177.htm http://www.harry-potter-forum.com/bible-de-vos-rp-s-f9/les-mots- http://www.harry-potter-forum.com/amis-et-ennemis-f12/ce-lien-qui-nous-unit-t3010.htm
Vladimir Manokova

N’ai pas peur. Je vais te donner le choix que je n’ai jamais eu.

Vladimir Manokova

Masculin AGE : 34
MESSAGES : 1939
DATE D'INSCRIPTION : 26/07/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE : Mes autres comptes : Severus Rogue, Jazz Gates et Lord Voldemort.


Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Empty
MessageSujet: Re: Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir]   Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Icon_minitimeOctobre 3rd 2010, 10:16

Coeur blessé, âme brisée...
Aliénor de Maurpassant & Vladimir Manokova

Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Tudors03 Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Cb86




    "Dommage... J'aurai enfilé ma tenue de chevalier et j'aurai accouru, brandissant mon épée, et combattant le dragon pour vous délivrer."

    Vladimir était apparu un peu plus au loin, derrière la jeune femme, avec un petit sourire en coin. La voir ainsi, terrorisée, le rendait étrangement heureux. C'était la première fois qu'il la voyait autant apeurée. Ça valait le détour. En plus, en venant la secourir, il passait pour son prince charmant, et ça lui plaisait énormément.

    "Bon d'accord, il ne s'agit que d'un ours et non une de ces magnifiques créatures cracheuse de feu, mais tout de même. Vous semblait bien préoccupée par ce qu'elle pourrait vous faire."

    Il continuait à avancer dans sa direction, tout en contemplant cette magnifique créature qui se tenait devant lui, avant de se tourner vers l'ours ( Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] 369999 ). Ce dernier n'avait pas changé de direction. Il continuait à se tenir devant la vampire d'un air menaçant, ignorant totalement l'arrivée du Ministre de la Magie, comme s'il était invisible pour lui. Et pourtant ça n'était pas le cas. L'ours pouvait le sentir. Il pouvait le voir, entendre les battements de son cœur.

    °*°*°*°

    Flashback février 1993

    Un cœur qui battait de plus en plus fort. Il ne pouvait pas se résigner à l'oublier. Mais c'était elle qui ne l'avait pas rappelé. A cet instant, Vladimir paraissait comme un jeune adolescent, voir une jeune adolescente, croyant au grand amour. Comme si c'était ce qu'il voulait. En réalité, il l'avait dans la peau. Il pensait qu'en passant une nuit avec elle, il arriverait à l'éjecter de son esprit, mais au lieu de cela, elle l'avait totalement envahie, ne laissant plus aucune place à ses pensées autre que celles portant sur elle.

    Il se rappelait son odeur, la sensation que ça lui avait fait de passer ses mains dans ses cheveux, toutes les moindres parcelles de son corps. Mon dieu, qu'elle était belle, incroyablement belle. Il ne pouvait plus chasser cette image de son esprit. Peut être que si elle revenait le voir, ça lui passerait ? Peut être qu'il pourrait enfin se rendre compte qu'elle a toujours été, et qu'elle sera toujours qu'une vampire. Ces créatures qui ne ressentent rien, qui sont largement inférieures aux sorciers, et qui ne pensent qu'à se nourrir. Peut être qu'elle.... Ca faisait trois jours. Mais que faisait elle ?

    °*°*°*°

    "Doucement, détend toi."

    On aurait pu penser qu'il parlait à l'ours, mais non, c'était à elle. Il tentait de la rassurer, car tant qu'il était là, il ne pourrait rien lui arriver. Puis, il avait continué à avancer vers la créature en fourrure blanche et équipée d'une armure, et une fois à sa hauteur, il avait posé sa main sur son museau, tout en la caressant.

    "Mon ami. Tu peux ranger tes canines, elle a vue que les siennes sont bien plus petites. Oui, c'est ça mon grand ! Voilà. Tu es magnifique !"

    Il parlait tout en le caressant. S'ils étaient dans cette forêt, c'était pour lui, et ses semblables, car il n'était pas le seul ours que Vladimir voulait montrer à sa bien aimée. Il voulait lui faire partager quelque chose qui n'était qu'à lui, et dont personne en dehors de ses dresseurs, en connaissait l'existence.

    °*°*°*°

    Il n'y avait qu'elle qui pouvait admirer ces tableaux, se promener dans cette allée, s'asseoir à cette table, regarder par cette fenêtre. Et pourtant, quand elle était entrée, elle avait su qu'elle ne serait désormais plus la seule à pouvoir faire cela, car Vladimir se tenait là. Elle n'était pas venue à lui, c'était lui qui l'avait retrouvée.

    "C'est une magnifique demeure. Je ne savais pas que vous en possédiez une, Aliénor."

    Ca lui avait fait quelque chose de prononcer ce prénom. Car c'était la première fois qu'il appelait un vampire par son nom, lui attribuant un rang d'humain et non de créature. Ca symbolisait beaucoup pour lui, car il s'était promis de ne jamais leur donner la moindre importance si ce n'était pour son intérêt personnel. Peut être qu'il était là pour cela. D'ailleurs, oui ! C'était le cas. Il voulait la chasser de son esprit, et il savait que la meilleure méthode était de venir chez elle, et de... Peut être pas, mais il se devait d'essayer.

    Vladimir avait quitté sa fenêtre pour se tourner vers la jeune femme. C'était ses bruits de pas qui lui avait fait remarquer sa présence. Elle était vêtue d'une magnifique robe, plutôt ancienne, style français ou anglais. Il n'était pas très doué en couture pour se rappeler des robes de l'époque et pour les identifier. Mais il y avait une chose qu'il arrivait à savoir sur cette robe. C'était qu'Aliénor arrivait parfaitement à la mettre en valeur.

    "Vous êtes magnifique..."

    Non, il ne l'avait pas dit à voix haute. Et non, il ne se mordait pas la lèvre inférieure. Son cœur ne s'était pas accéléré, et ses veines n'étaient pas plus visibles que d'habitude. Ça n'était pas dans le but d'exciter la jeune femme. Non. Ce petit sourire n'était pas apparu sur son visage, et il n'avait pas cette envie de se jeter sur elle. Il était là simplement pour se rendre compte qu'elle n'était qu'une vampire et rien de plus. Et surtout pas une femme qu'il désirait plus que tout.


    Passer toute une éternité sans te sentir, sans pouvoir te toucher, sans avoir le droit de poser mon regard sur toi... Choisir une vie plutôt qu'une autre, pouvoir te dire encore et encore ce que je ressend à ton égard... Prendre ta route, suivre ton chemin, être là à tes côtés, te toucher. Te toucher encore. Te toucher encore plus... Ne jamais s'arrêter de t'aimer...
Revenir en haut Aller en bas
http://world-of-harrypotter.forumactif.com/fiches-elaborees-f142/vladimir-manokova-t2856.htm https://world-of-harrypotter.forumsrpg.com/bible-de-vos-rp-s-f9/
Aliénor de Maurpassant

Chaplin was the one who made me laugh!

Aliénor de Maurpassant

Féminin AGE : 30
MESSAGES : 824
DATE D'INSCRIPTION : 16/06/2010

ILLUSTRATION PERSONNELLE : Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] 995779alienorimageperso

COPYRIGHT : Natoune

Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Empty
MessageSujet: Re: Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir]   Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Icon_minitimeOctobre 10th 2010, 20:58



Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] 453830ban_vladienor

Londres, Angleterre, 1993

La vie est un songe plus ou moins long qui se termine par la mort. Ainsi, on passe le plus clair de son temps à se morfondre, à goûter à peine aux opportunités qui s'offrent à nous, qu'il est temps de tirer sa révérence. Pendant que l'on vit, on se répète qu'on peut toujours reporter nos envies les plus folles à plus tard, et une fois sur notre lit de mort, on regrette de ne pas avoir profité du peu de temps que dieu nous a accordé.

Dans le cas d'Aliénor, elle n'avait pas eu le loisir de réfléchir à tout cela, puisqu'elle avait vécu à une époque ou les femmes devaient s'appliquer à être décoratives tout en ayant l'esprit dépourvu d'intelligence. Elle n'était pas idiote pour autant, mais à force de taire ses pensées, elle avait fini par ne plus s'intéresser à rien. Elle gardait ses réflexions pour elle, si bien qu'elles s'amenuisaient jusqu'à lui laisser un sentiment de malaise désagréable. Quelque chose n'allait pas dans sa vie, mais elle avait oublié ce que c'était. Elle n'irait pas jusqu'à dire que la mort avait été une délivrance, étant donné les circonstances dans lesquelles on l'avait tuée, mais cela lui avait permis d'ouvrir son esprit à des idées beaucoup plus larges. Cela la mit encore plus en marge de la société qui "évoluait" autour d'elle. Elle créa un fossé entre elle et le reste du monde, ignorant ces mortels tellement bornés sans pour autant négliger le fait qu'ils avaient si bon goût... littéralement parlant.

Et le temps s'était étiré lentement, de la France aux Etats-Unis, puis de l'Angleterre aux Carpates... Ses yeux avaient vu tant de paysages différents, tant de monts et merveilles qu'elle avait perdu toute illusion. Puis, elle avait rencontré Vladimir, et l'espace d'une seconde qui avait semblé une éternité, leurs regards s'étaient croisés. Comment imaginer qu'un simple regard puisse changer toute une vie ? Aliénor n'était pas de ceux qui croient en l'Amour, ni même en l'amitié. Elle savait d'expérience qu'il était bien de se trouver au bon endroit au bon moment.

Pour une fois, c'était un intrus qui se trouvait là où il ne fallait pas. A peine revenait-elle d'une promenade dans le parc qu'un domestique lui annonçait qu'une personne l'attendait dans le salon. Elle eut une drôle de sensation, comme si quelque chose était brutalement tombé dans les tréfonds d'elle-même. Les lèvres tremblantes, elle porta machinalement une main à son coeur qui ne battait plus, puis se dirigea posément vers le miroir le plus proche afin de remettre de l'ordre dans sa coiffure. Elle ne donnait pas l'adresse de sa demeure londonnienne à n'importe qui, histoire de garder un lieu secret où elle pouvait se réfugier dès qu'elle en ressentait le besoin. Depuis le début du XXème siècle, cet endroit était une sorte de sanctuaire. Seule une personne pouvait oser y pénétrer sans cérémonie, et elle l'attendait à seulement quelques mètres ! Elle et lui avaient tellement de choses à se raconter, depuis le temps qu'ils avaient été séparés !

Ressentant une euphorie qui ne s'était plus emparée d'elle depuis le siècle dernier, elle laissa un grand sourire planer sur ses lèvres et franchit la porte du petit salon d'une démarche décidée. Dans quelques secondes, elle allait revoir sa création, son frère qui était si cher à son coeur ! Zephyr et elle s'étaient quittés d'un commun accord, mais elle pensait fréquemment à lui même si elle ne ressentait pas le besoin de sa présence. Il était une partie d'elle, en quelque sorte. Une créature animée par les mêmes instincs meurtriers et le même goût pour les tortures les plus subtiles. Ils s'entendaient extrêmement bien, mais, trop semblables, ils avaient dû s'éloigner l'un de l'autre avant de s'entretuer. A présent que du sang avait coulé sous les ponts, il était temps de se retrouver.

Lorsque Aliénor entra dans le petit salon, son sourire s'évanouit aussitôt, remplacé par un regard à la fois perçant et implacable. Que faisait Vladimir Manokova au milieu de son salon, entre le piano et le sofa ? C'est une question qu'elle aurait bien aimé lui poser, mais, perplexe de le trouver ici, elle resta muette, ce qui laissa le temps à l'homme de faire une remarque particulièrement niaise.

"Oui, j'ai une demeure. Je ne suis pas une souris qui cherche n'importe quel trou à rats pour survivre." répliqua-t-elle d'un ton acerbe. "J'ai besoin d'un certain confort."

Hautaine, elle avança vers lui d'une démarche impérieuse, ses boucles d'oreille cliquetant et miroitant dans la lumière du lustre. Ce fut le moment que choisit le Ministre pour sortir une fadaise du genre :

"Vous êtes magnifique..."

"Vous êtes exécrable."

Les mots avaient fusé plus vite que le venin d'un serpent. Aliénor voulait lui faire comprendre qu'il n'était pas le bienvenu chez elle. Aucun humain n'était jamais entré ici sans ressortir avec deux jolies marques sur le cou... Devait-elle lui expliquer plus en détails ? Il avait signé son arrêt de mort en arrivant ici, mais il ne semblait pas saisir toute la gravité de la chose.

"Qui a été assez fou pour vous donner les coordonnées de cet endroit ?" demanda-t-elle tout en tournant autour de lui lentement, comme si elle faisait un interrogatoire.

Mentalement, elle pensa que celui ou celle qui lui avait fourni ce renseignement ne vivrait pas assez longtemps pour se rendre compte de son erreur.

"Vous êtes agaçant." dit-elle finalement en faisant violemment claquer ses talons sur le sol. "A cause de vous, je vais devoir trouver une nouvelle demeure. J'aimais beaucoup celle-ci."

Elle prit le temps de bien le regarder, penchant la tête sur le côté pour plonger ses yeux dans les siens. Pourquoi avait-il fait tout ce chemin ? Lui manquait-elle à ce point ? Pourtant, elle n'avait pas l'impression de l'avoir envoûté. Elle devenait de plus en plus douée sans s'en apercevoir ! Amusée à cette idée, elle se détendit quelque peu et s'approcha davantage du Ministre, lui murmurant à l'oreille :

"Vous avez deux secondes pour trouver une idée géniale qui vous laissera la vie sauve."

*°*°*°*°*°*

Grand Nord, 1996

Aliénor, toujours face à l'ours rugissant, entendit une voix derrière elle. Elle se retourna rapidement et découvrit Vladimir, qui semblait beaucoup amusé par la situation. Etait-il devenu fou ? Il s'approcha tranquillement de l'ours et lui intima de se détendre. Aliénor, un peu étourdie par les récents évènements, mit quelques secondes à comprendre qu'il lui parlait en réalité. Piquée à vif par sa familiarité, elle se redressa fièrement et essaya de paraître aussi décontractée que lui, mais ses yeux cillaient tellement qu'elle ne pouvait faire illusion. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas eu peur à ce point.

Interdite, elle observa Vladimir poser sa main sur le museau de l'ours qui se calma instantanément.

"Quand vous aurez fini de bêtifier avec votre nounours, vous pourrez peut-être me dire ce que je fais ici ?"
demanda-t-elle d'un ton méprisant.

L'esprit en alerte, elle écoutait les alentours, au cas où il y aurait d'autres monstres à la fourrure blanche qui rôdaient, car elle n'était pas certaine que le Ministre saurait tous les contrôler. Après tout, ce n'était qu'un homme ! Néanmoins, elle était impressionnée par cette démonstration, même si elle ne l'aurait avoué pour rien au monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.harry-potter-forum.com/personnages-valides-f7/alienor-de-maurpassant-t1177.htm http://www.harry-potter-forum.com/bible-de-vos-rp-s-f9/les-mots- http://www.harry-potter-forum.com/amis-et-ennemis-f12/ce-lien-qui-nous-unit-t3010.htm
Contenu sponsorisé




Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Empty
MessageSujet: Re: Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir]   Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Coeur blessé, âme brisée... [Fe Aliénor & Vladimir]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La guerrière blessée
» l'attaque du coeur
» La règle du Coeur
» Hayleen Blackburn, un dinosaure au coeur tendre.
» Les liens du sang ne sont que des illusions, mais ceux du coeur sont issus d'une véritable passion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Harry Potter :: Jeu de Rôle : L'Angleterre Magique :: Le Restant du Monde :: L'Empire du Grand Nord-
Sauter vers: